photo & vidéo

Pat.

Pat.

conseils de spécialistes

Utiliser un smartphone comme moniteur déporté

Les caissons Divevolk pour Smartphones se sont déjà acquis une belle réputation en termes de polyvalence et d’efficience. La marque innove aujourd’hui en proposant une solution simple et efficace pour transformer votre smartphone sur caisson Divevolk en… moniteur déporté pour appareil photo sous-marin !

Pour les vidéastes, disposer d’un écran déporté est un avantage redoutable pour suivre le sujet, composer et cadrer à la volée. Malheureusement, un moniteur Ninja et son caisson Nauticam étanche, câblé directement sur le caisson, coûtent plusieurs milliers d’euros. Divevolk a donc eu l’idée géniale d’utiliser le signal Wi-Fi de l’appareil et du smartphone pour recréer un moniteur déporté. Les experts rétorqueront que le signal Wi-Fi est réduit et non performant sous l’eau, mais la marque a solutionné ce problème en créant un câble émetteur récepteur qui va du caisson de l’appareil au caisson du smartphone, et fait donc fi de la couche d’eau qui n’est alors plus un obstacle.

On peut ainsi contrôler l’appareil photo par le biais du smartphone, ou utiliser ce dernier comme moniteur déporté. Le câble mesure 30cm, est étanche à 80m, dispose d’un gain de signal de 6 dbi et utilise les fréquences de 2.4G/5G/5.8G.

Le câble est composé de:

  1. le transmetteur wi-Fi
  2. le support en L
  3. 4 vis M6
  4. 1 vis ¼ au pas Kodak
  5. 2 rondelles
  6. manuel de démarrage rapide

cable de connexion wifi sealink divevolk

Test Sealink Divevolk

Ce test a été réalisé avec pour objectif de juger la qualité de restitution du signal Wifi émis par la caméra à destination du téléphone, avec le dispositif SeaLink de Divevolk.

ÉQUIPEMENT :
– SONY A7S2 + F4 ZEISS 16-35MM
– CAISSON NAUTICAM NA-A7SII
– IPHONE 12 + DIVEVOLK SEATOUCH PRO 3 + SEALINK DIVEVOLK

La première phase du test consistait à estimer le temps de latence qui existait entre la captation de la caméra et la retransmission sur l’écran du téléphone avec le logiciel de la marque de la caméra, sans caisson, ni aucun autre équipement. Le temps de latence dans cette configuration est d’environ 1/4 de seconde.

Dans un second temps, nous avons placé la caméra dans son caisson Nauticam et avons constaté une augmentation du temps de latence, atteignant jusqu’à 1/2 seconde environ. Dès immersion dans l’eau, la connexion WiFi établie entre la caméra et le téléphone était rompue.
Enfin, en dernière phase de test, nous avons rajouté le SeaLink de Divevolk et avons constaté un temps de latence revenu à environ 1/4 de seconde. Ce temps reste inchangé une fois le dispositif immergé et permet donc de pourvoir se servir de son téléphone en tant qu’écran externe même sous l’eau.

“ Nous voilà en début d’après-midi, à la fosse de plongée de Toulouse, à l’Argonaute, la caméra installée dans son caisson et mon téléphone dans le caisson Divevolk SeaTouch 3. Combi enfilée et bouteille sur le dos, nous voilà à l’eau !
Avant l’immersion, j’avais préalablement installé l’application mobile destinée à contrôler ma caméra en WiFi, à savoir : “Imaging Edge“ de Sony. Sur la caméra, je lance l’application, “contrôle à distance“ et avec mon iPhone je me connecte à sa WiFi et magie : J’ai un retour écran !

J’ai accès à mes réglages caméra, sur l’écran de mon téléphone et je peux les modifier facilement et ce de manière tactile. C’est très pratique et agréable car très visible.
L’image retranscrite est assez fidèle, en revanche elle est en léger différé. Le temps de latence semble être d’1/4 de seconde et rend le cadrage légèrement moins précis. Mais le SeaLink fait son travail et me permet d’avoir un retour écran à moindre frais en comparaison d’une solution cablée.

Pour conclure, je dirai que le SeaLink de Divevolk rempli son objectif en retransmettant de manière fidèle, le réseau WiFi de ma caméra jusqu’à mon téléphone. Ce procédé permet donc, via différentes applications, de pouvoir contrôler sa caméra et de pouvoir visionner ce qu’elle capte. Le temps de latence entre la captation de la caméra et l’affichage à l’écran du téléphone, ne résulte pas ou très peu du SeaLink mais bien du logiciel de la caméra, de la bande passante WiFi émise et de l’application qui va gérer la caméra sur le téléphone. “

Test réalisé par Arthur Establie

Partager cet article >>

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp
Vous allez surement aimer

...dans la même thématique

viseur nauticam

Les viseurs Nauticam

Découvrez les nouveaux viseurs Nauticam dans cet article du blog Subchandlers. Notre expert photo sous-marine nous les présente !

caissons etanches divevolk 1

Caissons Étanches Divevolk

Les caissons étanches Diveolk sont une révolution, profitez de votre smartphone en plongée pour immortaliser vos photos et vidéos sous-marines.

flash ttl ikelite

Solutions TTL au flash avec Ikelite

Découvrez les nouveaux flashs Ikelite 2022 : le DS230, DS162, DS160II, DS51II dans cet article du blog Subchandlers. Notre expert photo sous-marine nous les présente !

join sub club

Abonnez vous et recevez pleins de cadeaux !

Newsletter