Nos Amis Plongeurs

récit de plongeur

La première grande aventure de ma petite vie

Un récit rédigé et soumis par : Barbara

Qui aurait cru qu’un jour dans ma vie, je mettrais les pieds en Egypte ?

Certaines fois, il faut juste se laisser porter (par le courant), rien ne sert de réfléchir… Une semaine de congé posée, un réveil relativement matinal, un sac à dos contenant une combinaison, un billet d’avion et un passeport… Et avant même de dire “plouf”, nous voilà en Egypte !

Le Centre de Plongée Red Sea Diving Safari à Marsa Alam (Egypte)

Certaines fois, il faut juste se laisser porter (par le courant), rien ne sert de réfléchir… Une semaine de congé posée, un réveil relativement matinal, un sac à dos contenant une combinaison, un billet d’avion et un passeport… Et avant même de dire “plouf”, nous voilà en Egypte !

Il fait nuit noire lorsque nous arrivons au centre de plongée Marsa Alam. Nous faisons connaissance des lieux, et prenons congé les uns des autres : “une bonne plongée ne s’effectue que lorsqu’on est reposé ” comme dirait l’autre.

A d’autres… il est 6h00 du matin lorsque notre réveil sonne… L’excitation de nous savoir en Egypte a pris le dessus sur mon sommeil, je n’ai quasiment pas fermé l’œil de la nuit. Il n’est donc que 6h03 lorsque nous sortons de notre case et nous dirigeons vers le lieu du briefing.

La grande et belle Mer Rouge s’étend devant moi.

Rendez-vous compte, mon instructeur Jean-Sébastien ne m’a emmené qu’une fois barboter en mer, et c’était la Méditerranée, avec un sale temps, pour un niveau 1. La palanquée prend forme au milieu d’un paysage paradisiaque. On nous explique le fonctionnement du centre, les dangers, et les règles à respecter pour ne pas rencontrer lesdits dangers lors de notre séjour. Je suis une froussarde de nature, le mot danger me donne la boule au ventre. Après les dernières instructions, nous nous équipons.

Mon coéquipier Paul, enfile sa combinaison nonchalamment, alors que je suis nerveuse à détrôner un Electrophorus electricus. Nous avons juste le temps de contrôler nos équipements mutuels qu’en un battement de cils, tout le monde se lève : il est temps de passer aux choses sérieuses.

Un petit zodiac nous attend au bout d’un pont. Ni une, ni deux, les plongeurs transformés en grenouilles sans une once de grâce sautent dans le bateau pour …  Pour où, d’ailleurs ?

Le moteur vrombit, le vent gifle mon visage, mon cœur cogne dans ma poitrine, mon corps frétille comme un poisson frit tant j’ai la tremblote, et mon cerveau me casser les oreilles en imaginant le pire.

Cerveau : “ Imagine que l’on ne se souvienne plus comment respirer par la bouche ? Imagine que l’on perde notre binôme dans le noir ? Si le monstre des abysses venait nous chatouiller le bout des pieds, c’est quoi la marche à suivre ? C’est écrit dans le manuel d’or de survit, ça “ ?.

Notre vitesse se réduit, les claquements du bateau contre l’eau ne sont plus que des clapotis, et le moteur assourdissant du bateau se calme enfin. Mon cœur bat de nouveau la chamade. Olalalala en plus de ces questions tordues, il faut que mon cerveau accepte de se jeter en arrière, et d’autant plus, dans ce qui me paraît être un vide aquatique abyssal.

Ce n’est que lorsque je rencontre le regard de mon instructeur de plongée, Jean Sébastien, qui m’indique que tout va bien, que je respire un grand coup. Dans un bel endroit, et aussi bien entourée, que peut-il m’arriver ?

J’entends notre capitaine de bord crier “ ready ” ?

Le grand moment est arrivé. Nos masques sur les yeux et nos détendeurs en bouche, les règles de bonne conduite à suivre en tête ; je me répète d’expirer l’air de mes poumons pour bien couler – mais pas trop -, de bien tenir mon attirail — mais pas trop -, de rester proche de mon binôme – mais pas trop -.

Vient le moment du grand saut : l’escouade Argonaute se jette en bascule arrière dans le grand bleu.

Mon courage et mes jambes me poussent moi et mon équipement dans l’eau.

Deux observations s’imposent : premièrement c’est un bête réflexe mais je ferme les yeux ; deuxièmement, c’est une victoire car je ne bois pas la tasse ! J’exécute avec une fausse assurance des gestes répétés maintes et maintes fois dans la fosse.

Après quelques interminables secondes dans une confusion toute personnelle, enfin en place dans les 5 mètres règlementaires, je pars les fesses vers le ciel coulant vers le sol en formation étoile/parachutiste avec mes camarades, et je laisse les dernières bulles d’air créées par notre entrée dans l’eau remonter vers la surface. J’observe enfin ce qui m’entoure.

C’est un souvenir que je n’oublierais pas.

Nous étions là, flottant doucement vers un nouveau monde où l’espace s’était temporairement arrêté. La mer bleue nous enveloppait et s’étendait tout autour de nous, un instant paisible dans lequel notre enveloppe n’a plus de repère et ou l’esprit est ailleurs. Les premiers fonds colorés se dessinaient à mesure que nos yeux s’habituaient à leur nouvel environnement. Des poissons associant des motifs, des pigments et des formes hétéroclites zigzaguaient dans la flore des fonds marins.

Un mélimélo de diversité pour une harmonie complète.

Nous avons vogué sous la mer pendant plus d’une heure, émerveillés par cette promiscuité respectueuse que nous laissaient voir les locaux à nageoires. M’envoyant des bulles au visage, Paul m’indique la fin de la plongée.

Nous remontons de notre session sous-marine silencieux. Mes camarades ont le regard ailleurs, comme s’ils étaient encore là-bas au fond de l’eau. Nous ôtons nos équipements et nettoyons notre matériel. L’odeur du petit déjeuner réveille nos estomacs et se joint au bien-être engendré par cette expérience. Il est temps de se reprendre des forces pour y retourner de plus belle.

Il n’est que 8h du matin, et l’aventure ne fait que commencer.

Team Argonaute – Egypte 2019

Partager cet article >>

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp
Vous allez surement aimer

...jolies histoires par d'autres plongeurs

poisson clown mer rouge

Séjour plongée à Marsa Shagra

Anne nous raconte son incroyable expérience en Mer Rouge à Marsa Shagra, où elle est partie à la rencontre des tortues et des requins !

voyage plongee egypte

Mon premier voyage plongée

Qui aurait cru qu’un jour dans ma vie, je mettrais les pieds en Egypte ? Certaines fois, il faut juste se laisser porter (par le courant), rien ne sert de réfléchir… Et avant même de dire “plouf”, nous voilà en Egypte !

periple-plongee-mer-rouge

Périple de jeune plongeuse en Mer Rouge

Césarine est partie plonger en Mer Rouge à Marsa Shagra, avec l’Argonaute. Elle nous raconte son aventure de jeune plongeuse Open Water Diver dans les eaux bleues de la Mer Rouge…

join sub club

Abonnez vous et recevez pleins de cadeaux !

Newsletter