Choisir son masque de plongée et verres correcteurs

Choisir son masque de plongée et verres correcteurs

En collaboration avec notre opticien Optic, nous adaptons votre masque à votre vue. Nos verres sur mesure sont réalisés par le fabricant Demetz et monté par notre opticien agréé qui valide également les corrections.

Modifications de la vision sous l'eau

La vision apporte la plupart des informations au plongeur. Il est donc essentiel d’adapter sa vue sous l’eau, non seulement pour profiter de la beauté des paysages sous-marins mais également pour garantir votre sécurité et celle de votre binôme de palanquée. La vision de proximité vous permettra l’observation du milieu et la surveillance entre plongeurs alors qu’une bonne vision de près permettra la lecture des instruments et aides de plongée : manomètre, ordinateur de plongée, tables de décompression ou paramétrages de votre appareil photo.

L’eau est un milieu aux propriétés différentes de l’air : si l’on ne met pas de masque,  la réfraction n'est pas la même ce qui crée une hypermétropie très importante, d’où l’impossibilité de voir net. Le port du masque de plongée entraîne quand même un grossissement des objets de 1/3 et leur rapprochement de ¼ : les objets sembleront donc plus proches et plus grands.

Mais ce n’est pas le seul effet : le champs visuel est réduit de moitié. Le plongeur doit donc tourner la tête pour englober son environnement et le choix de l’angle de vision du masque de plongée a donc son importance. La perception des contrastes est altérée en raison de la diffusion de la lumière sur les particules. Perte de lumière avec la profondeur (il reste 3% de la lumière de surface à 40m de profondeur) et perte des couleurs, avec en premier lieu celles à grandes longueurs d’ondes (le rouge par exemple disparaît à 10m, où l’on retrouve le filtre rouge en photo sous-marine) sont également des conséquences par contre mieux connues des plongeurs !

Choisir un masque de plongée

Le masque de plongée est constitué d'une (mono-verre) ou deux (bi-verre) plaque(s) de verre, entouré(e)s d'une jupe de caoutchouc (à éviter) ou de silicone qui crée un joint étanche entre le verre et les yeux. Le nez est également recouvert par la jupe souple de manière à pouvoir injecter de l'air pour compenser le volume du masque avec l'augmentation de la pression (éviter le placage de masque) et également se pincer le nez pour réaliser des décompressions.

Un masque de plongée doit assurer plusieurs critères essentiels :

  • - disposer d’une bonne étanchéité: il faudra choisir une jupe silicone, souple et qui s'adapte aux courbes du visage. Un masque va également correspondre à des critères morphologiques donnés: il existe chez Mares des versions Mid pour visages étroits et des versions normales. Il existe également des masques spéciaux pour les enfants.
  • - avoir un bon champ de vision : verre large et partant vers l'extérieur, le plus proche des yeux possible.
  • - résister à la pression : qualité de la jupe, du cerclage qui fait étanchéité au niveau du verre.
  • - accepter des verres correcteurs pour mettre votre masque de plongée à votre vue si nécessaire: ils vous permettront si vous portez des lunettes ou des lentilles d'y voir correctement et d'assurer votre sécurité tout en vous permettant de profiter des paysages sous-marins.
  • - protéger les yeux en cas de casse: usage de verre trempé.

Masques Mares

Alors que l’apnéiste recherchera un masque au volume d’air minimal, avec un bon champ de vision, pour éviter de gaspiller de l’air en décompression, et avec une jupe noire pour éviter les reflets (comme le photographe sous-marin d’ailleurs), le plongeur se dirigera plutôt sur une jupe et un cerclage translucide pour augmenter la vision périphérique et la luminosité. Le masque bi-verre sera le choix de prédilection car les verres de correction ne sont conçus que pour ces modèles spécifiques.

Il existe de très nombreux modèles de masques de plongée. Mais tous n’acceptent pas les verres correcteurs. Les fabricants proposent au sein de leur catalogue des modèles intégrant une série de verres de correction, généralement par demi-dioptries. Si votre correction entre dans le cadre de ces valeurs de correction simplifiées, alors vous pourrez vous équiper d’un masque de plongée à votre vue pour moins de 150€. Si votre correction est plus complexe il faudra les réaliser sur commande chez un opticien et le coût correspondra à celui d’une paire de lunettes.

Les corrections type « lentilles de contact » à coller sont à éviter : le confort visuel n’est pas le même et l’adaptation oculaire difficile. Seuls les verres de correction, qui remplacent les verres d’origine, sont une solution efficace et de long terme.

Comprendre son ordonnance ophtalmologique

Dans un premier temps il vous faut comprendre l’ordonnance de votre ophtalmologiste. Et donc connaître leur langage :

OD = Œil droit  OG = Œil gauche  ODG = Œil Droit et Gauche   VL = Vision de loin   VP = Vision de Près  AV = Acuité visuelle   SPH = Sphère   CYL = cylindre   VI = Vision Intermédiaire

La sphère indique la valeur de la myopie (en négatif) ou hypermétropie (en positif).

Ces valeurs sont celles proposées par les fabricants, il s’agit des corrections les plus simples possibles.

Mais s’il y a de l’astigmatisme, cela se complique.

Cylindre et axe représentent les valeurs de l’astigmatisme (pour la puissance et la direction en °)

Par exemple « OG-1.5(+0.50) 90° signifie une myopie de 1.5 dioptries avec un astigmatisme de 0.5 dioptries orienté à 90°.

Enfin l’addition correspond à la correction de la vision de près (presbytie). C’est la puissance additionnelle sur la vision de loin requise pour voir net à courte distance.

Choisir des verres de correction pour son masque de plongée

Les verres correcteurs des fabricants sont en verre minéral pour éviter les rayures et durer dans le temps. L’épaisseur minimum est de 3 mm et le verre est trempé par sécurité (choc et bris et protection des yeux). Le verre est plat côté eau pour deux raisons : l’étanchéité de la jupe et le fait que la correction se fasse côté air, ce qui permet d’avoir des corrections identiques à celles de ses lunettes et non les corrections pour le milieu aquatique.

Par contre le système a ses limites : s’il faut à fois ajuster presbytie et myopie ou que de l’astigmatisme important vient se joindre à de la myopie et/ou de la presbytie, la nécessité de verres progressifs imposera alors la réalisation sur mesure chez un opticien. Nous consulter pour cela également, puisque nous travaillons en partenariat avec un opticien agréé.

Les agressions du milieu aquatique (sel, humidité, UV, chocs mécaniques) nécessitent un rinçage à l’eau douce et protection des masques dans des housses ou coffrets spécifiques. Le spray antibuée, ou le bon vieux dentifrice ou la salive sont aussi des solutions pour éviter la buée sur des masques neufs. Enfin pour les désespérés nous avons un traitement secret de notre crû : le traitement antibuée associé avec la fourniture d’un antibuée Sea Gold coûte 19.90€.

verres correcteurs pour masque de plongée

Pour résumer

- une correction de myopie ou presbytie simple se traduira par le choix d’un verre fabricant (à la valeur inférieure la plus proche) sur un budget de 130-150€ pour mettre un masque de plongée à votre vue.

- une correction mixant presbytie et myopie ou ajoutant de l’astigmatisme passera forcément par du verre correcteur sur mesure fabriqué spécialement par un opticien agréé. Prévoir en ce cas le coût d’une paire de lunettes.

Voir nos masques avec verres correcteurs