Equiper son flash sous-marin Inon

 

Vous avez choisi votre flash étanche Inon S-TTL et ne savez comment l’accessoriser ?

 

Cet article est fait pour vous.

 

Il faudra d’abord le mettre sur un bras long (voir notre article sur l’éclairage sous-marin pour comprendre pourquoi) de type flex ou bras à boules. Il faudra pouvoir idéalement éloigner le flash à 70 cm de l’axe optique et pouvoir également revenir pour la macro dans toutes les positions de l’espace intermédiaire.

 

Un bras flex est trop court pour un flash mais constitue la solution la moins chère :

 

Adaptation flash Inon YS adaptation flash Inon YS+ bras flexbras flex Intova

 

Un bras à boules et pinces constituera la solution la plus fiable et durable. Le système sera évolutif  puisque chaque pièce est indépendante et la boule de 1 pouce est un standard multimarques intercompatible (Ikelite, I-das, Nauticam, etc…).

Idéalement un bras articulé double avec trois pinces et deux bras boule/boule est le bon standard pour un flash sous-marin.

Le bras sera donc constitué de :

 

Adaptateur flash Inon/boule Adaptateur flash Inon boule+  pince pince de serrage 40°+ 1er bras boule/boule de longueur variable -bras alu boule boule

 + pince pince de serrage 40°+ deuxième bras boule/boule de longueur variable -bras alu +  pince pince de serrage 40°

 adaptateur boule/platine (exemple Ikelite) adaptateur platine Ikelite boule

Bien sûr pour tout autre flash étanche ce sera la même chose, seuls changeront la pièce s'adaptant à votre platine et celle s'adaptant à votre flash sous-marin.

 

L'entretien de votre bras de flash sous-marin : 

Petit aparthé pour signaler que les joints de bras alu et les ressorts de pinces nécessitent d'être graissés pour une longue durée de vie. Choisissez une graisse basique naturelle (merci pour la mer car tout cela finit toujours au même endroit...): le joint n'est qu'une protection mécanique améliorant le glissement et évitant de rayer l'alu, il n'a pas ici de rôle d'étanchéité. Eviter l'exposition prolongée au soleil, ne bougez jamais la bras en force mais en desserrant préalablement la pince. Attention également aux ressorts: le sel s'incruste dans les mécanismes et peut finir par bloquer et l'on casse en forçant la molette de la pince. Donc graissez, puis démontez et rincez de temps en temps pour éliminer toutes les concrétions de sel.

Les joints ont une dimension standard et sont proposés ici à l'unité en noir (toutes autres couleurs sur demande et sur commande possibles): joint de bras alu de flash sous-marin

Le réglage de votre bras de flash sous-marin : 

L'avantage d'un bras à pinces et bras alu, c'est qu'une fois qu'on a appris à le manipuler, il permet d'accéder à tous les points de l'espace du cercle inscrit donc procure des possibilités d'éclairage riches et variées. Autre avantage, si la tension des pinces est bien réglée, il se bouge d'un doigt et sans effort sous l'eau, contrairement au bras flex qui grince souvent et effraie les poissons. Lorsqu'on se déplace à terre, on replie le bras de flash et resserre les pinces pour minimiser l'effet de la gravité. Avant l'immersion on desserre les pinces, déplie le bras en position d'éclairage scène, et ressere les pinces dans l'eau de manière à ce que le bras soit autoporté par l'eau mais puisse se déplacer sans effort. Vous trouverez vite, avec la pratique, le bon réglage de votre bras de flash sous-marin.

Le montage de votre bras de flash sous-marin : 

Une seule chose à savoir outre le petit jeu de mécano auquel il faudra se livrer: toujours serrer une pince sur deux boules simultanément ou vous allez coincer le ressort !

Différentes pinces et pinces spécifiques de bras de flash étanche : 

pince de bras de flash 60°- I-das a créé une pince de 60° permettant plus de jeu que les autres modèles, je la place régulièrement en milieu de composition pour gagner des possibilités de mouvement. Je n’en mets qu’une parce que cette pince est plus chère mais si vous pouvez vous le permettre prenez les toutes en 60°, votre bras sera des plus maniables !

- chaque marque a sa pince classique en modèle parfois de voyage (allégée) et normale comme Nauticam et Ikelite. Le grip est meilleur sur les pinces normales, souvent plus solides, les pinces de voyage sont allégées pour éviter les « surtaxes avion » que nous autres photographes et plongeurs pratiquons allègrement.

Exemple sur la pince de voyage Ikelite et la pince normale : pince Ikelite pince Ikelite

- parmi les pinces spécifiques notons la pince triple Ikelite, qui permet de relier un phare sur le même bras que votre flash, et les pinces avec départ additionnel boule d’Ikelite ( références Ikelite 4081.22 et 4081.71)

et de Nauticam (composées de deux pièces distinctes 72511 et 72502), qui permettent le même résultat avec l’avantage de la désynchronisation (lorsqu’on desserre la pince on ne desserre pas à la fois flash et phare). Je réserve donc davantage la pince triple aux accessorisations qui ne doivent pas être positionnées avec précision (bras de portage par exemple).

 

En ce qui concerne les bras boule boule, ils peuvent être en alu ou en carbone, plus léger, et de longueurs variables.

La platine de votre caisson étanche sera choisie en fonction de votre caisson. A moins que vous ne soyez bricoleur et prêt à percer un trou supplémentaire, avoir deux fixations est utile pour éviter le pivotement du caisson sous-marin. Donc on prendra soin d’adapter le modèle de platine au caisson auquel il est destiné. Les caissons étanches Fantasea, Olympus et Nauticam comportent deux ou trois fixations, les deux extrêmes ayant le même écartement donc sur ces caissons je conseille le Flexitray II W de Nauticam qui permettra ces deux vissages directs. Cela dit toute platine conviendra si vous êtes prêts à percer un second trou. Aux caissons Ikelite on conservera les platines Ikelite qui ont le meilleur grip du marché à mon sens, et de plus les caissons Ikelite ont la spécificité d’être au pas de vis américain et pas le ¼ pouces photo international.

Suivant la platine de plongée choisie la pièce de jonction platine / boule varie.

 

Ikelite : IDASEXIBIKE chez I-das, existe aussi en Ikelite 9571.3

 

Nauticam : Nauticam 71311 pour Easitray et Flexitray

 

Ca y est ! La jonction est faite entre votre caisson photo étanche et votre flash sous-marin avec la bonne platine et le bon bras. Mais êtes-vous sûr qu’il ne manque rien ? Oui, la fibre optique. Sans elle, point de S-TTL. Il faudra une fibre avec adaptation cloche Inon d’un côté, et adaptée à votre caisson de l’autre. Si vous ne trouvez pas la bonne terminaison (certains caissons prennent la fibre nue, d’autres proposent des adaptateurs comme Sea&Sea récupérée par Olympus, d’autres n’ont rien et il existe ds systèmes à velcro adaptables). Enfin il existe également pour les caissons munis d’une seule sortis de fibre optique des adaptateurs doubles pour y greffer un deuxième flash étanche.

matériel photo sous-marine

Et rappelez-vous, c’est avec plaisir que nous vous renseignerons pour une adaptation personnalisée de votre matériel photo sous-marin. Contactez-nous pour cela !